Deux étrangers pour une épouse offerte à l’hôtel

trio candaulisme histoire porno

Mon histoire s’est déroulée alors que j’étais en voyage d’affaires, donnant des séminaires pour mon entreprise l’été dernier. J’étais sur la route depuis près de trois semaines et la chose la plus proche du sexe que j’ai eue était un rendez-vous avec mes doigts au téléphone rose avec mon mari à la maison.

Je n’avais jamais été éloignée de Marc aussi longtemps auparavant, et j’attendais avec impatience nos appels téléphoniques nocturnes pour me remonter le moral. Nous étions mariés depuis près de huit ans et pendant cette période, on apprend à savoir, grâce à de subtiles nuances dans la voix de son partenaire, à quel point les choses vont bien.

Dans ce cas, Marc voyait clair en moi et a compris que je n’allais pas aussi bien que je le prétendais. Il me restait encore quatre semaines à vivre et j’ai commencé à redouter l’idée d’être sans lui pendant si longtemps que je m’effondrais souvent en larmes avant de raccrocher le téléphone.

Il a dit qu’il n’arrivait pas à dormir parfois en s’inquiétant de ma misère et a promis de trouver un moyen d’égayer mon voyage d’une manière ou d’une autre. J’étais loin de me douter jusqu’où il irait pour assurer mon bonheur.

Lors d’un de ces appels téléphoniques, dont beaucoup ont duré des heures, Marc a suggéré quelque chose qui m’a presque fait tomber du lit !

Il m’a dit que si cela pouvait m’aider à passer le temps où nous étions séparés, il accepterait que je fréquente d’autres hommes à condition que je lui raconte tout ce qui se passe.

Je n’en croyais pas mes oreilles mon mari me transformait en épouse offerte, pour du candaulisme, il voulait que lui fasse le récit sexe de mes aventures sexuelles, que je baise, que je prenne plaisir avec d’autres hommes… et je lui ai dit que je n’avais aucun intérêt à être avec quelqu’un d’autre que lui, et que je pouvais attendre si nécessaire. Mais il a continué à me dire qu’il se sentirait mieux en sachant que je n’étais pas assise dans une chambre d’hôtel à pleurer soir après soir.

Il a continué en m’assurant que notre amour était assez fort pour permettre une telle chose, et a insisté pour que je l’envisage au moins. Je sais que certaines femmes appelleraient cela un rêve devenu réalité, mais j’étais sincèrement désintéressée.

J’aime mon mari et c’est le seul homme que j’aimerai jamais, alors l’idée me semblait ridicule. Néanmoins, il m’a exhortée à essayer pour avoir l’esprit tranquille, alors je lui ai donné la réponse standard des femmes non engagées et j’ai dit “peut-être”. Je n’ai seulement 33 ans et selon la plupart des normes, mon apparence serait considérée comme supérieure à la moyenne, et J’ai toujours eu ma part d’hommes qui me draguaient. Ce n’est donc pas la peur du rejet qui m’a empêchée d’accepter… mais plutôt la peur de briser un lien caché entre Marc et moi. J’avais l’impression que notre relation dépendait en quelque sorte de ma capacité à dire que je n’avais jamais été avec un autre homme depuis notre rencontre.

Quoi qu’il en soit, j’ai décidé de dormir sur la question et de ne pas y réfléchir sérieusement avant le lendemain. Après avoir raccroché le téléphone, je me suis me suis versé un bain chaud et me suis installé pour un autre tango à deux doigts pour satisfaire mes besoins les plus urgents dans ma chatte humide. J’ai appuyé sur la musique douce du standard de l’hôtel, allumé quelques bougies gratuites qui se trouvaient sur une table dans la chambre et me suis glissée sous les bulles pour tout oublier pendant un moment.

En ce moment en webcam sexy

J’ai fermé les yeux en pensant à Marc et à la sensation merveilleuse qu’il me faisait ressentir lorsqu’il était en moi, et bientôt mes doigts avaient trouvé le chemin de ce point entre mes cuisses.

D’une manière ou d’une autre, je n’arrivais pas à oublier la suggestion de Marc, et peut-être était-ce la lumière des bougies ou l’effet de mes efforts sur moi-même, mais petit à petit, sa proposition ne semblait pas si étrange après tout.

Je veux dire que la plupart des femmes à ma place ont peut-être eu une brève liaison après 8 ans de mariage, mais pas moi… Alors peut-être que je méritais un petit plaisir ? Après tout, c’était la suggestion de Marc. J’ai augmenté la vitesse de mes doigts sur le nœud de mon clitoris en essayant d’imaginer ce que ce serait d’avoir un autre homme à l’intérieur de moi. J’ai essayé d’imaginer ce que ce serait avec un étranger, et je dois dire que l’idée de faire l’amour avec d’autres hommes a commencé à m’exciter d’une manière que je n’aurais jamais pu imaginer.

En fait, j’ai eu deux orgasmes à couper le souffle pendant que je faisais trempette dans le bain. Le lendemain, mon emploi du temps était complet et je suis retournée dans ma chambre épuisée, et j’ai seulement réussi à trouver l’énergie pour notre appel téléphonique.

J’ai expliqué à Marc que j’avais réfléchi à sa suggestion et que s’il voulait toujours que je le fasse, je serais prête à essayer. Il m’a de nouveau choquée en me disant que non seulement il voulait que je le fasse, mais qu’il trouverait même excitant d’entendre parler de mon aventure. J’avais des frissons à l’intérieur d’une manière étrange … en pensant que le fait que je sois avec un autre homme affecterait Marc de cette manière.

Je lui ai demandé d’expliquer ce qui l’exciterait exactement. Pendant qu’il parlait, il m’a dit de m’allonger sur le dos, de fermer les yeux et de me toucher.

J’ai obéi avec empressement et je l’ai écouté pendant qu’il évoquait des scènes potentielles qu’il aimerait entendre. C’était si nouveau et pourtant si fascinant que je lui ai dit de continuer à parler, et il pouvait voir à ma respiration lourde que cela me plaisait.

Le jour suivant, j’ai terminé en début d’après-midi et j’avais la nuit et toute la matinée du lendemain avant un autre assaut d’événements programmés. Ainsi, à la fin de la journée, mes pensées étaient déjà agitées par l’excitation des possibilités de la nuit. Je me suis dépêchée de quitter le centre de convention et de monter dans un taxi qui m’a emmenée à mon hôtel.

Une fois à l’hôtel, j’ai rapidement payé le chauffeur et il m’a lancé un sourire curieux qui a ajouté à mon excitation, puis je me suis retournée et me suis précipitée vers l’ascenseur.

Toute femme qui ne connaît pas la sensation d’avoir son mari qui lui permet cette liberté rate le plaisir de toute une vie. Jamais je n’avais imaginé être aussi excitée en public !

Il semblait que chaque homme prenait maintenant une ardeur sensuelle alors que je les regardais avec des yeux nouvellement libérés, sachant que je pouvais, sans culpabilité, leur permettre de pénétrer dans mes zones les plus privées à tout moment.

J’ai passé les heures suivantes à me préparer. Je me suis baignée rapidement en évitant la tentation de glisser ma main entre mes cuisses et de me satisfaire.

Après m’être occupée de mes cheveux, qui, Dieu merci, semblaient se gérer tout seuls, je me suis habillée lentement, en faisant bien attention de parfumer les parties qui, j’en étais sûre, recevraient une attention particulière ce soir.

J’ai mis un peu plus de maquillage que d’habitude, mais sans en faire trop, et quand j’ai été sûre d’être aussi jolie que je me sentais, j’ai retiré mes alliances et les ai placées pensivement dans un petit étui à l’intérieur de mon sac de voyage.

J’ai pensé à Marc et à combien je l’aimais pour m’avoir permis d’explorer ce côté de mon être, et comment j’allais le rendre très heureux d’avoir éveillé ce sentiment en moi.

Un autre regard rapide et je suis sortie, me dirigeant vers l’ascenseur, je me sentais mouillée à chaque pas. J’ai pris l’ascenseur jusqu’au hall de l’hôtel et j’ai décidé de commencer ma petite escapade dans l’un des nombreux bars qui se trouvaient à l’intérieur de l’hôtel.

J’ai pris place sur un tabouret vide devant le bar, j’ai commandé une boisson et j’ai jeté un coup d’œil à l’endroit. Il y avait

Il y avait beaucoup d’hommes et quelques femmes, dont je n’ai reconnu aucun des participants à ma tournée de séminaires. Je préférais cela car je ne voulais pas que ce qui s’est passé ce soir me suive chez moi une fois mon voyage terminé. J’avais déjà décidé de ne pas impliquer les personnes avec lesquelles je pourrais potentiellement avoir des contacts à nouveau.

Tout cela ajoutait à l’excitation, je n’avais jamais fait l’amour avec quelqu’un que je ne connaissais pas, alors la perspective de m’ouvrir à un parfait inconnu était pour moi une vision étrangère et alléchante à savourer.

Je n’avais pas pris plus de quelques gorgées de ma boisson avant qu’un homme séduisant qui semblait avoir une quarantaine d’années s’approche de moi. Il m’a demandé si j’attendais quelqu’un. Je lui ai répondu que non et, avec un sourire rapide, j’ai expliqué que j’étais en train de me détendre.

Il est resté à côté de moi pendant quelques questions d’introduction oiseuses, me disant son nom (qui était ironiquement “Marc”) avant de me demander si je voulais avoir un peu de compagnie. Je lui ai dit que ce serait bien et il s’est rapidement glissé sur le tabouret à côté de moi, passant à ce mode de conversation décontracté “mon dieu, je suis vraiment intéressé par ton travail” que tant d’hommes pensent encore tromper les femmes.

J’étais de toute façon impressionnée par le jeu d’acteur, et je pouvais sentir sa tension alors que ses yeux s’efforçaient de ne pas tomber sur mon décolleté. C’était aussi l’occasion pour moi d’exhiber mon annulaire vide pour encourager ses avances.

Nous avons continué à parler pendant un moment avant qu’un autre homme entré dans le salon ne le rejoigne. Il a été présenté comme Cal et ils ont expliqué leurs affiliations d’entreprise et comment ils étaient en ville pour une présentation de vente.

Ni l’un ni l’autre n’avait besoin de me vendre quoi que ce soit car je sentais mes jambes frissonner d’excitation sexuelle mais je suis restée timide et j’ai joué innocemment le jeu, profitant de la chaleur de leurs deux regards.

Après un moment, je me suis excusée pour aller aux toilettes, leur donnant ainsi l’occasion de parler boutique… Mais je savais qu’ils surveilleraient chacun de mes mouvements jusqu’à ce que je disparaisse derrière la porte rose des toilettes pour dames.

Je me suis poudrée, parfumée et j’ai tripoté ma robe avant de revenir pour découvrir qu’ils avaient maintenant pris place de chaque côté de mon tabouret. Je me suis glissée entre eux, réchauffée par leur présence qui m’entourait.

Au fur et à mesure que la nuit avançait, nous avons tous commencé à être un peu pompettes et à nous lâcher, et le sujet a éventuellement mené aux goûts et aux dégoûts et de là, a facilement glissé vers le sujet du sexe.

Ils devenaient tous les deux plutôt audacieux, commençant par une touche occasionnelle sur l’épaule et finissant par placer leurs mains autour de ma taille à tour de rôle pendant les éclats de rire.

Marc s’est excusé et est allé aux toilettes, tandis que le bras de Cal est resté autour de ma taille. Dès qu’il a disparu, la main de Cal a glissé vers le bas pour se poser sur le bas de mon dos et a commencé à m’y frotter tout en me disant à quel point j’étais attirante. Nous nous sommes regardés dans les yeux et il s’est penché pour m’embrasser.

J’ai écarté mes lèvres et laissé sa langue se frayer un chemin dans ma bouche, où elles se sont rencontrées, légèrement, avant de me retirer et de sourire. “Nous ferions mieux de bien nous comporter”, ai-je dit d’un ton taquin.

“Nous ne voudrions pas que Marc se sente exclu, n’est-ce pas ?”. Il a commencé à parler, mais je l’ai fait taire lorsque Marc a tourné le coin et s’est dirigé vers nous.

J’ai senti l’impatience de Cal et je l’ai adorée, et j’ai continué notre conversation là où elle avait été interrompue par le départ de Marc.

J’étais tellement captivée par mes nouveaux prétendants que je n’avais pas remarqué le temps qui passait, j’ai remarqué que nous étions les seuls clients restants dans le salon.

Le barman, dont l’attention était tournée vers un film qui passait sur la télévision derrière le bar, ne faisait plus guère attention à nous à ce moment-là.

C’est Cal qui a eu le courage de faire glisser sa main de mon genou (lentement vers le haut) jusqu’à ce que ses doigts trouvent mon chaud monticule pubien. J’ai souri et jeté un coup d’œil à Marc qui fixait la vue de la main de Cal se déplaçant sous ma jupe.

Il a levé les yeux pour rencontrer mes yeux avec étonnement. “Ton ami semble savoir ce qu’il veut…” J’ai gloussé, et en clignant des yeux, j’ai demandé.

“Le sais-tu ?” Je me suis penchée vers lui et nous nous sommes embrassés profondément pendant que les doigts de Cal trouvaient leur chemin entre mes plis chauds et les parcouraient de haut en bas.

“Je le veux très certainement !” a-t-il répondu lorsque nous avons séparé nos lèvres.

J’ai glissé mon bras autour de Cal et j’ai dit : “Alors pourquoi ne pas prendre une bouteille de vin et nous retrouver à l’étage dans environ … oh quinze minutes ?”. Ma voix tremblait de nervosité.

J’ai levé les yeux vers Cal qui avait maintenant retiré sa main de sous ma jupe et avait attrapé son pardessus sur le tabouret à côté de lui. Les hommes se sont souri pendant que je récitais le numéro de la chambre à Marc puis j’ai réalisé l’ironie de ce que j’avais dit … “2469″.

“Je serai là !” a dit Marc, toujours déconcerté et arborant une bosse dans son pantalon, qu’il a tenté de dissimuler en boutonnant sa veste de costume.

J’ai entraîné Cal vers l’ascenseur avec moi, échangeant des regards l’un avec l’autre jusqu’à ce que la porte s’ouvre en glissant et que nous entrions.

Une fois à l’intérieur, nos lèvres se sont à nouveau rencontrées et sa main a glissé derrière moi et a remonté ma robe. Il a passé sa main puissante sur mes fesses, puis sur le devant, se concentrant sur la chaleur de mon buisson.

Je me suis cambrée en arrière et contre le mur et j’ai laissé ses doigts se glisser en moi. J’étais en extase à la sensation des doigts de cet homme étrange en moi.

J’aurais facilement pu me laisser jouir alors que son pouce appuyait sur mon clito et que ses autres doigts tournaient autour du bord de mon ouverture.

Heureusement, nous avons rapidement atteint mon étage et la sensation s’est prolongée pendant que nous nous redressions et attendions que la porte s’ouvre.

Le hall devant nous était vide et nous sommes descendus de l’ascenseur sur la moquette en peluche. Cal a continué à tripoter ma poitrine. En marchant vers ma chambre, nous nous sommes arrêtés plusieurs fois pour sonder la bouche de l’autre.

Les mains de Cal ont glissé sous ma robe et sont remontées jusqu’à ma taille en me tirant vers lui.

Je n’avais jamais ressenti un tel élan d’abandon total… alors que je me tenais là dans le couloir avec un homme que je venais de rencontrer.

J’ai senti ses yeux se régaler sur mon corps alors que je me tournais et que je blottissais mes fesses nues contre le bourrelet qui devenait maintenant visiblement humide dans son pantalon.

Il a embrassé mon cou par derrière et a malaxé mes seins alors que mon esprit tournait à la nouveauté de l’expérience.

J’ai arqué mon dos, créant un espace entre nous qui a permis à ma main de se glisser derrière et après quelques tâtonnements, j’ai défait sa fermeture éclair et glissé ma main à l’intérieur, ressortant avec son pénis raidi dans ma main. J’ai appuyé à nouveau et sa dureté s’est insérée dans la fente de mes fesses si joliment.

Je me suis tortillée et j’ai gémi puis j’ai attrapé sa main et je l’ai tiré plus loin dans le couloir. Quel spectacle nous aurions été si quelqu’un était entré dans le couloir à ce moment-là.

J’ai dû m’accrocher au mur et laisser tomber le sac à main quand j’ai senti sa main sur mon dos. Je me suis appuyée contre la porte et j’ai écarté les jambes pendant qu’il guidait sa queue de haut en bas jusqu’à ce qu’elle pénètre dans ma chaude moiteur par derrière.

J’ai gémi bruyamment alors qu’il me baisait doucement au début… puis le rythme s’est accéléré jusqu’à une légère frénésie alors que je reculais de la porte pour répondre à ses poussées. Après quelques instants, j’ai haleté, le suppliant de me laisser déverrouiller la porte.

Nous avons fait une pause pendant un moment et sa bite s’est retirée. J’ai tâtonné avec les clés et la porte s’est ouverte en grinçant juste au moment où l’ascenseur a retenti et nous avons entendu le glissement familier de ses portes lorsqu’elles se sont ouvertes.

Nous nous sommes rapidement glissés à l’intérieur et sans même fermer la porte, nous avons basculé sur le lit où son poids m’a pressée vers le bas contre l’étendue de lit fleurie.

Je suis restée là, les paumes de mes mains à plat contre le lit, pendant qu’il se levait, débouclait son pantalon et en sortait.

En un instant, il m’avait à nouveau montée, sa queue en érection pénétrant ma chatte alors que je relevais mes fesses pour l’accueillir.

J’ai fermé les yeux et mes poings se sont agrippés à la couverture du lit alors qu’il balançait mon corps avec férocité à chaque poussée, enfonçant sa queue épaisse de plus en plus profondément en moi jusqu’à ce que j’aie l’impression qu’il allait me fendre en deux.

Je ne suis pas typiquement une “gémisseuse” ou une “crieuse” mais la violence et la passion de sa force ont fait que de courtes bouffées d’air se sont échappées de mes poumons, me faisant gémir bruyamment.

Mon mari est un homme relativement doux et j’ai donc été complètement bouleversée par la brutalité animale de Cal, comme c’était différent de ce à quoi ma petite chatte serrée s’était habituée.

J’ai serré le lit plus fort et nos mouvements ont atteint un niveau frénétique alors que nos corps se jetaient en avant et en arrière en se claquant l’un contre l’autre.

Ma tête tournait et je me demandais combien de temps je pourrais supporter cela avant que mes fesses ne soient meurtries par les coups délicieusement violents qu’elles recevaient.

J’ai senti quelque chose s’appuyer sur le lit devant moi et j’ai ouvert les yeux pour voir un autre pénis épais et plein de liquide danser au rythme du poing d’un homme juste devant moi.

J’ai levé les yeux et j’ai vu le visage grimaçant de Marc qui se secouait rapidement d’avant en arrière de haut en bas sur sa tige. “Ohhhh Dieu oui ! uhhhh yesssss !!” J’ai crié.

Mes lèvres ont remplacé sa main et ont glissé sur la longueur de sa queue en érection tandis que je me balançais d’avant en arrière au rythme de l’attaque de Cal.

Les mains de Marc ont saisi l’arrière de ma tête et ont forcé sa longueur jusqu’au fond de ma gorge à chaque balancement vers l’avant, et j’ai senti que le lit allait sûrement s’effondrer d’ici peu.

Bientôt, un fort gémissement aigu est sorti de Cal et j’ai senti qu’on me pompait son sperme soyeux.

Sa queue s’épaississait avec chaque charge qu’il faisait jaillir en moi, et je peux honnêtement dire que c’est la première fois que je pouvais vraiment sentir la chaleur du sperme d’un homme lorsqu’il remplissait mon intérieur tendre.

J’ai relâché la queue de Cal et laissé retomber ma tête sur le lit alors que je sentais la dernière pression de Cal gonfler les parois de ma chatte et comme un choc électrique, un orgasme a jailli en moi alors que je laissais échapper un cri de ma bouche contre le lit.

J’ai pris une profonde inspiration et j’ai entendu les hommes parler. Les deux hommes se sont parlé brièvement et j’ai senti bientôt Cal presser ses lèvres contre les miennes et me dire de passer une merveilleuse soirée, puis avec un sourire il s’est effacé et j’ai entendu la porte se fermer.

“Es-tu prête pour un autre tour ?” La voix de Marc a percé le silence.

Je n’ai pu que prononcer le mot “S’il te plaît !” et immédiatement sa bite virile a cherché l’entrée de ma chambre à sperme déjà pleine.

Il a fait glisser le bout de sa bite de haut en bas et elle a trouvé sa marque, expulsant l’air dans un souffle rapide.

Il a enfoncé chaque centimètre en moi, et après plusieurs poussées, il est devenu évident que ma chatte était trop lisse et gonflée par Cal pour causer beaucoup de friction.

Alors je me suis baissée et j’ai ramassé un peu du sperme de Cal qui avait bavé sur le lit et j’ai passé la main derrière moi pour l’étaler sur mon anus. “Essaie là” ai-je dit.

“Mmmm je sais que tu vas aimer ça…” J’ai laissé échapper un gloussement de somnolence et j’ai senti Marc se retirer de ma chatte et guider le bout de sa bite couverte de sperme jusqu’à rencontrer mon anus.

Il a doucement enfoncé la tête en moi et j’ai laissé échapper un gémissement aigu lorsqu’il a poussé en moi.

J’ai écarté mes genoux davantage et j’ai appuyé sur lui en facilitant l’entrée de sa longueur. Une fois qu’il a été complètement enterré en moi, il a pris le relais et en quelques minutes, il a éperonné mes fesses presque aussi violemment que Cal avait violé ma chatte.

Mon dos s’est arqué et j’ai répondu à ses poussées avec les miennes, forçant sa bite à s’enfoncer dans toute sa longueur à chaque fois.

Bien que j’aime ça, je n’ai jamais eu d’orgasme à la suite d’un rapport anal, alors j’ai remonté ma main et commencé à frotter mon clito vigoureusement et j’ai senti qu’un orgasme approchait rapidement, mais je me suis retenue jusqu’à ce que je sache que Marc était prêt.

C’était peut-être mon besoin de sentir le prochain orgasme me déchirer si fort, mais il semblait que Marc barattait à l’intérieur de mon cul pour toujours.

Finalement, j’ai été récompensée et mon orgasme s’est achevé en même temps que celui du sperme chaud de Marc, qui s’est frayé un chemin dans mon rectum.

Après, nous étions tous les deux allongés sur le lit, haletants, et l’outil de Marc, qui s’était ramolli, est sorti doucement de mon corps, se reposant mollement dans ma fente humide.

J’ai senti son baiser sur ma nuque et je l’ai entendu expliquer ses raisons de devoir partir (comme si j’avais voulu qu’il reste), j’ai gloussé pour moi-même.

Nous nous sommes dit au revoir et je l’ai accompagné jusqu’à la porte en l’embrassant longuement avant de la refermer derrière lui. Je suis retournée au lit et me suis positionnée debout à la tête du lit.

J’ai remonté mes genoux, je les ai écartés et j’ai laissé mes doigts trouver leur chemin vers le désordre laiteux en dessous.

J’ai fait entrer et sortir mes doigts dans les deux orifices glissants et j’ai fini par pétrir mon clito jusqu’à ce que j’explose une fois de plus, la pensée de mes deux amants étant fraîche dans mon esprit.

D’une main tremblante, j’ai pris le combiné du téléphone et mon doigt a scintillé lorsque j’ai tapé le numéro de téléphone de mon domicile pour appeler le seul homme que j’aimerais vraiment.